Denomination Case Study | Avery Dennison | LPM

« Un papier peut créer ou ruiner un dessin »

Entrevue avec Rowena Curlewis, PDG de Denomination, Australie.

Denomination a récemment conçu l’étiquette du vin de Farm Hand, par Fourth Wave Wines, et nous a dévoilé le processus de création du concept au rayon.

 

Quelles étaient les instructions ?

Notre client souhaitait créer une marque de vin biologique qui apporterait un produit plus naturel aux consommateurs. La marque utilise uniquement des fruits biologiques, très peu de conservateurs et aucun produit provenant des animaux pour affiner son vin. Les instructions consistaient à communiquer clairement son caractère naturel et biologique, ainsi que le caractère fait main de la marque.

 

Comment avez-vous imaginé respecter les instructions ?

La première partie du projet consistait à créer un nom qui incarnerait le caractère naturel fait à la main du vin. Le nom « Farm Hand » s’inspire de l’un des producteurs dont la philosophie d’agriculture biologique s’est étendue au-delà du vignoble, jusqu’au reste de la ferme. Farm Hand évoque également le caractère simple et minimaliste de la marque et de ses produits.

Le design se compose de l’illustration naïve d’une main sur laquelle s’intègrent des produits agricoles. La typographie dessinée à la main du logo Farm Hand complète le style naïf de l’illustration. Chaque doigt de la main contient les caractéristiques naturelles du vin.

Une palette simple de noir et de beige a été choisie pour transmettre le caractère haut de gamme de la marque, mais également sa sobréité,

 

Comment les matériaux Avery Dennison vous ont-ils aidé à concrétiser votre projet ?

Concernant le choix du papier, nous voulions un papier au toucher mat agréable et qui permettrait une répartition uniforme d’une importante quantité d’encre noire. Estate 8 apporte de superbes résultats en matière d’imprimabilité, mais offre également d’excellentes performances au réfrigérateur et peut donc être utilisé pour le vin rouge et le vin blanc.

 

Quel a été l’impact final du dessin ?

Farm Hand vient d’être lancé sur le marché. Le grand détaillant australien a immédiatement choisi la marque en tant que marque principale dans la catégorie marque biologique émergente.

 

Lorsque vous avez des instructions à respecter ou un défi à relever, quelle est la première chose à laquelle vous pensez, ou que vous entreprenez ?

Je réfléchis aux enjeux de la marque puis j’essaye de trouver les façons d’y répondre de façon imprévue.

 

Vous arrive-t-il de faire face au syndrome de la page blanche ? Si oui, comment le surmontez-vous ?

Bien sûr, tous les créateurs font face au syndrome de la page blanche ! Il y a plusieurs façons de le surmonter, mais nous conseillons à nos créateurs de partir faire autre chose afin qu’ils pensent à autre chose. Généralement, une nouvelle idée jaillira. Ils peuvent également partir à la découverte du monde, se rendre dans une galerie d’art, une librairie, un café, un bar, un théâtre ou toute autre source d’inspiration. Les idées peuvent parfois s’inspirer d’événements ou d’objets pris au hasard. À défaut, prenez un verre de vin !

 

Dans quelle mesure les matériaux sont-ils importants dans votre processus de création ?

Extrêmement important : un papier peut créer ou ruiner un dessin. Un mauvais choix de papier, présentant les mauvais tons pour la palette de couleurs ou ne s’adaptant pas à une image en particulier, peut véritablement détruire un superbe dessin. Les matériaux peuvent également inspirer une solution de conception. Par exemple, le Tyvek 54 d’Avery Dennison a récemment inspiré un design qui, nous l’espérons, sera utilisé pour un Pinot Noir de qualité et de luxe.

 

Choisissez-vous le matériau vous-même ou est-il généralement spécifié?

Nous choisissons toujours le papier nous-mêmes, bien que nous devions souvent travailler selon les contraintes de production de notre client. Certains de nos plus gros clients proposent une petite sélection de choix de papiers.

 

Devez-vous parfois relever des défis en termes de matériaux ?

Oui. Parfois, si nous avons besoin d’utiliser un papier particulier parce qu’il présente de bonnes performances lors du test du seau à glaçe, mais qu’il n’a pas les bons tons de blanc, nous demandons alors à l’imprimeur de teindre le vernis couvrant afin de réchauffer un ton froid de papier.

 


Pour en savoir plus sur Denomination, rendez-vous sur le
site www.denomination.concevoir